Accompagner nous dans notre reconquête de la curiosité. Prenez part à une révolution de la culture

Une approche innovante

@Musée veut promouvoir la culture en la rendant plus accessible.

Mais en quoi cela est-il innovant me diriez-vous ?

Nous nous basons sur des concepts de neuroscience afin de vous faciliter l’assimilation des informations.

“Oula, mais c’est un vrai charabia votre neuro machin-chouette !!!”

Pas de panique… Je m’explique.

Notre cerveau est un labyrinthe que les scientifiques continuent d’explorer. Cela étant, nous savons certaines choses.

Notamment que toutes les zones du cerveau réagissent à différentes choses comme par exemple à la musique ou encore à une explication.

On parle alors de cerveau gauche et de cerveau droit.


Chaque partie de notre cerveau va s’activer en fonction de ce qu’il se passe devant nous. Certains sollicitent plus facilement un côté qu’un autre.

C’est pourquoi, nous combinons nos apports écrits, audios et vidéos pour activer ces deux côtés.

Par exemple :

“En 1962, pendant un échange téléphonique qui s’éternise, le peintre Jean Dubuffet griffonne sans réfléchir des formes dans un carnet (Réaliste : Cerveau Gauche). Une fois l’appel terminé, ce qu’il voit lui plaît. En fait, il est littéralement séduit pour ces traits noirs et rouges qu’il reproduit dans son carnet puis sur des toiles (Artistique : Cerveau Droit) ! Et l’'”Hourloupe” vit le jour.. (Synthétique : Cerveau Droit)”

Le tout étant rédigé dans une suite logique (Logique : Cerveau Gauche)

La place de l’émotion dans tout ça…

Permettez-moi d’aller un peu plus loin. Il y a une chose sur laquelle nous sommes tous réactif de façon égale : l’émotion

Donc, quand je vis une mauvaise expérience, je l’oublie beaucoup plus difficilement qu’une bonne.

L’émotion ancre les souvenirs et nous permet de retenir une information sur la durée. Que cette émotion soit bonne ou mauvaise, elle reste ancrée. Petit hic, le cerveau retient plus facilement les émotions négatives. Elles prennent le dessus sur les émotions positives.

Par exemple : une visite au musée, il fait chaud et le guide est très ennuyeux. Vous ne comprenez pas le vocabulaire utilisé et le temps vous paraît très long.

Cela vous parle n’est-ce pas ? Les visites culturelles de l’école n’ont pas laissé de très bons souvenirs à notre cerveau…. Et comme l’on apprend que le feu brûle en le touchant, nous faisons le lien : FEU = DANGER

Dans notre exemple : MUSEE = ENNUI

Ca y est, le mal est fait. Pendant très longtemps, vous fuirez les musées et les visites culturelles comme la peste. Jusqu’au jour où, plusieurs bonnes expériences vous réconcilieront avec la culture. @Musée est là pour ça. Pour vous faire vivre les bonnes expériences qui vous feront oublier les mauvaises.

Faire écho à votre instinct

L’Homme est considéré comme l’animal le plus évolué sur la planète. Et si cela est un fait avéré, sachez que nous avons des points communs avec les animaux.

Et oui, je sais, c’est un peu rabaissant. Mais laissez moi m’expliquer.

Comme les animaux, nous apprenons par le jeu. En mettant des formes dans des trous, en cherchant Charlie ou en tentant de trouver les 5 différences. Alors oui, nos jeux sont un peu plus évolués et ne consistent pas à essayer d’attraper une pelote de laine, mais les connexions neuronales fonctionnent pourtant de la même manière.

Parce que vous savez quoi… C’est en faisant des erreurs que l’on apprend. Oui, oui ! En nous trompant, notre cerveau envoie des chocs électriques à nos neurones et classe l’information. Nous pouvons donc recommencer en évitant de reproduire les mêmes erreurs et continuellement nous améliorer.

Alors, se tromper quand on joue n’est pas extrêmement grave, les enjeux sont minimes.

Sauf qu’en grandissant, on nous apprend que faire des erreurs est une mauvaise chose (Tiens, tiens ! Cela, fait-il écho à une mauvaise expérience ?). Pire encore, elles peuvent vous faire perdre des points sur votre note finale, la reconnaissance de vos collègues ou encore l’héritage de grand-maman…

@Musée souhaite revaloriser l’erreur. L’encourager même ! Avec nos parcours gamifiés (parcours rythmés par des jeux virtuels) vous pouvez vous tromper autant que vous voulez et recevoir tout de même la récompense que nous avons à vous offrir : une information culturelle.

Je vous conseille cette vidéo qui en parle avec légèreté et douceur

Monsieur Cerveau, est un peu exigeant

Une dernière chose, notre cher et tendre cerveau ne réagit pas tout le temps à nos sollicitations. Il peut même parfois nous bloquer et nous empêcher de faire certaines choses.

Pour vous donner un exemple, le cerveau n’est pas très à l’aise avec l’inconnu. Le changement d’environnement, une nouvelle information à traiter et à décrypter, ou encore un cadeau de Nöel ou “il ne fallait vraiment pas”.

Bref, il est totalement prêt à accueillir une information lorsqu’il est sécurisé et sûr de ce qui va arriver. C’est pour cela que les “Satisfaying Post” font fureur ! Il n’y a aucunes surprises, aucuns éléments inattendu à gérer. Le cerveau à juste à retenir ce qu’il se passe.

Le souci, c’est qu’être curieux, c’est sortir de sa zone de confort. Et même si certains le gèrent mieux que d’autres, ce n’est jamais une étape facile. Ne vous en faites pas, @Musée est là pour ça !

En créant son contenu culturel et en sécurisant votre cerveau cela lui permet d’être on ne peut plus ouvert à l’apprentissage et donc de faire de la curiosité à la fois un jeu et une bonne expérience, tout en sollicitant ses parties gauches et droites.

En Résumé

  • @Musée sollicite deux parties de votre cerveau pour que vous reteniez l’information
  • Des bonnes expériences pour surpasser les mauvaises
  • Le jeu pour valoriser l’erreur, et donc l’apprentissage
  • L’inconnu est maîtrisé pour encourager votre curiosité

Post a Comment